dim 13 juin 2010

Halte à la violence coloniale et au terrorisme d’Etat ! Non à la colonisation !

L’assaut par l’armée israelienne de la "flotille de la paix" dans les eaux internationales s’inscrit dans la continuité de la logique coloniale israelienne. Il a une fois de plus projeté le conflit israelo-palestinien sur le devant de la scène médiatique internationale. La mort de plusieurs militants a provoqué des condamnations hypocrites des politiciens et des Etats. Au pire certains n’y voient qu’une "erreur tactique" ou une bavure Pourtant, c’est la violence coloniale ordinaire qui continue, forte du soutien des États. Nous rappelons cette évidence : sans justice, il n’y aura pas de paix !

Il faut faire cesser au plus vite les humiliations quotidiennes, les expropriations, la stratégie d’isolement de la population palestinienne et son enfermement dans une immense prison à ciel ouvert. Il faut arrêter l’asphyxie quotidienne de tout une population punie collectivement au nom d’une prétendue "lutte contre le terrorisme".
Nous soutenons haut et fort la lutte des Palestiniens pour leur dignité d’êtres humains, pour la liberté de circulation et d’installation, contre les check-points et contre une politique d’expropriation et de blocus économique qui vise à mettre à genou une population entière.

- Halte au soutien des États occidentaux à la politique coloniale de l’État israélien ! Halte aux fournitures d’armes et au soutien financier à cette sale guerre coloniale ! Les États occidentaux cherchent à faire oublier

- Halte à l’hypocrisie des États de la région (Syrie, Jordanie, Iran, et bien d’autres) qui ont tout intérêt à ce que le conflit dure pour éviter toute révolte interne, toute lutte sociale en les réprimant au nom de la "lutte prioritaire contre le sionisme", qui n’ont aucun intérêt à la fin de l’occupation coloniale israélienne, qui les priverait d’un prétexte commode pour écraser toute lutte sociale interne.

Ne pas se tromper d’ennemi

Certains voudraient instrumentaliser la situation pour développer des discours racistes, en amalgamant juifs et israeliens, israeliens et Etat d’israel. Certains présentent le conflit comme une guerre de religion, alors que c’est une guerre et une occupation coloniale, fondé sur un système raciste, qui sert les intérêts des différentes bourgeoisies dans la région. C’est l’intérêt de tou-te-s les travailleuses et les travailleurs, quelle que soit leur nationalité, de s’opposer à ce régime colonialiste, comme à l’ensemble des régimes (néo)colonialistes et à impérialistes (dont l’impérialisme français) Nous refusons l’assimilation entre les peuples et les États ! Des israéliens et des juifs dénoncent la politique de l’État d’Israël et le nationalisme colonial qu’est le sionisme. De nombreux palestiniens refusent la rhétorique réactionnaire du Hamas, comme ils refusent la corruption du Fatah et développent des luttes parfois réprimées par les deux mouvements.

Pour la solidarité de classe, contre le colonialisme et tous les racismes  ! Halte aux amalgames !

C’est sur ce terrain de la solidarité de classe, internationale, loin des replis réactionnaires, que la lutte contre le colonialisme pourra gagner : briser l’isolement, élargir le soutien, voilà l’enjeu. Pour cela il faut se démarquer clairement des groupes fascistes qui tentent d’instrumentaliser la lutte de solidarité avec les palestiniens afin de diffuser un discours antisémite. Nous refusons l’amalgame fait entre palestiniens et Hamas. Nous n’oublions pas qu’à ses débuts le Hamas a été soutenu par l’État israélien pour faire contrepoids aux autres factions palestiniennes laïques, et se construire un adversaire-épouvantail, lui permettant de justifier sa politique meurtrière. Nous pensons que le projet politique du Hamas est sexiste, et réactionnaire, et qu’il n’offre aucune perspective d’émancipation réelle au travailleuses et travailleurs palestiniens.
Le meilleur moyen de combattre l’influence des réactionnaires religieux en Palestine est de faire cesser la politique de colonisation et de terrorisme d’État menée par l’État israélien.
Le meilleur moyen de combattre le discours de l’État israélien qui légitime son existence et son agression au nom de la nécessité d’Israël comme refuge contre l’antisémitisme, c’est de combattre ici l’antisémitisme, la haine anti-juive. Il s’agit justement de montrer que le rejet de la politique de l’État israélien ne s’apparente pas à de l’antisémitisme, terrain sur lequel veulent nous amener les provocateurs fascistes, au faux masque « anti-sioniste » qui tentent de faire passer leur discours raciste anti-juif paranoïaque en prenant le conflit comme prétexte, mais aussi les sionistes qui cherchent à faire taire toute opposition à la politique de l’État israélien.

Pas de guerre entre les peuples, pas de paix entre les classes !

Dans l’immédiat, nous soutenons les comités populaires palestiniens, les anticolonialistes israéliens, particulièrement nos camarades anarchistes (AATW - Anarchist against the Wall), les syndicats, qui sont en lutte contre l’occupation sur une base de classe ! Si le plus urgent est de faire cesser l’humiliation quotidienne de l’occupation, nous ne pensons pas que la solution réelle du conflit passe par la constitution d’un État, mais plutôt par la destruction des États dans la région, ce qui passe par la construction d’une lutte commune, sur des bases de classe, contre le colonialisme, l’oppression raciste, loin des replis nationalistes ou religieux.
C’est une dynamique fédéraliste et révolutionnaire qui pour nous pourra mettre fin définitivement au conflit, et même si cette solution semble pour l’instant encore lointaine, c’est la seule voie qui permettrait d’échapper définitivement à la logique d’affrontement. Oui, la solution se trouve hors des replis nationalistes et religieux, qui servent les intérêts des États et des bourgeoisies dans la région, et qui ne font qu’entretenir le conflit, la permanence de l’occupation et la brutalité coloniale, mais aussi le renforcement des tendances réactionnaires en Palestine comme ailleurs.

Coordination des Groupes Anarchistes - Groupe de Lyon