mar 8 mars 2011

Le 8 mars et TOUS LES AUTRES JOURS de l’année, luttons contre le capitalisme et l’hétéropatriarcat !

smash_patriarchy-365x405.jpg

Le 8 mars et TOUS LES AUTRES JOURS de l’année, luttons contre le capitalisme et l’hétéropatriarcat !

  

 

 

8 mars : journée de LA femme… ? Et non celles des femmes transformée en « la femme » ! Offrez-lui un soin pour payez les inégalités du reste de l’année !! On est toujours un peu agacéE d’entendre parler de cette fameuse journée de « LA femme », en se demandant : "Mais c’est qui celle-là ?

Qu’est-ce qu’elle a de par­ti­cu­lier ? Et pour­quoi on ne parle que d’elle seule ?…« Qu’est-ce que »LA femme« … ? la mère ? la putain ? la wor­king-girl au top de la société capi­ta­liste ?Toujours à fond, tou­jours plai­sante, qui ne se plaint jamais ni de ces patron-NE-s, ni des char­ges fami­lia­les, ni du carcan de la mode ?Ce jour du 8 mars devient donc celui où on entend tout et n’importe quoi, y com­pris des perles sexis­tes du genre : »aujourd’hui, elle ne va pas faire la vais­selle". C’est la jour­née où l’on fait en sorte que les femmes se trans­for­ment en la femme pour nier les iné­ga­li­tés et la domi­na­tion sur l’inté­gra­lité de la seconde moitié de l’huma­nité niant ainsi nos reven­di­ca­tions poli­ti­ques et col­lec­ti­ves. Le sexisme ins­ti­tué socia­le­ment reste pour­tant la réa­lité aujourd’hui encore : 80% des tâches ména­gè­res sont effec­tués par les femmes… En gros, ILS font la vais­selle lundi et mardi matin et ELLES, tout le reste de la semaine. Et puis, ELLES doi­vent tra­vailler en horai­res déca­lés ou à temps par­tiel parce qu’elles n’ont pas le choix, et ELLES doi­vent se faire belles, et ELLES sont moins bien payées, et ELLES ne peu­vent pas avor­ter où elles veu­lent et par la méthode qu’elles choi­sis­sent, et ELLES ne peu­vent pas ache­ter de peti­tes voi­tu­res à leurs filles sans être regar­dées de tra­vers, et puis par­fois même ELLES pren­nent une bonne droite parce qu’elles se rebel­lent, et puis : qu’ELLES ne s’amu­sent pas à sortir seules la nuit…

Encore aujourd’hui les iné­ga­li­tés sont trop impor­tan­tes : le sys­tème capi­ta­liste et le sys­tème patriar­cal oppres­sent et exploi­tent dou­ble­ment les femmes en se ren­for­çant mutuel­le­ment.
On ne peut donc lutter contre l’un sans com­bat­tre l’autre, et ris­quer que ne per­sis­tent des rap­ports d’exploi­ta­tion et des iné­ga­li­tés. La lutte pour l’égalité entre tous et toutes se situe à la fois dans une remise en cause col­lec­tive de nos com­por­te­ments et rela­tions de tous les jours : dans les rela­tions affec­ti­ves, dans le couple, dans la famille, au boulot, dans l’espace public, dans les syn­di­cats … pour que ceux-ci ne repro­dui­sent pas sexisme machisme et bi-les­bo­pho­bie (non par­tage des tâches, humi­lia­tions, insul­tes, vio­len­ces). Et dans un combat plus large contre tout ce qui pro­duit et repro­duit l’oppres­sion - l’Etat, la société capi­ta­liste, les reli­gions : seuls moyens de cons­truire les bases d’une société égalitaire où les riches­ses sont répar­ties entre tous et toutes et liber­taire où chacun-e peut s’épanouir et où per­sonne n’est le chef de qui­conque.

En tant qu’anar­chiste, nous lut­tons contre toutes les formes d’oppres­sion, pour une société égalitaire débar­ras­sée de toute hié­rar­chie, de ses chefs et de tous types de vio­len­ces. C’est pour cela que nous sou­te­nons les femmes qui se sai­sis­sent de la ques­tion des oppres­sions spé­ci­fi­ques qu’elles subis­sent et qui s’auto-orga­ni­sent sur la base maté­rielle de leurs oppres­sions et s’auto­dé­ter­mi­nent. Nous sou­te­nons les luttes anar­cha-fémi­nis­tes.

Nous reven­di­quons :

- Abolition du genre : le sexe bio­lo­gi­que ne déter­mine plus la place des indi­vi­duEs, et les caté­go­ries hommes / femmes ces­sent d’être la norme de réfé­rence pour l’orga­ni­sa­tion de la société.
- Libre choix dans ses sexua­li­tés
- Accès à une éducation sexuelle non hété­ro­nor­mée et non sexiste
- Accès aux contra­cep­tions mas­cu­line et fémi­nine gra­tui­tes et à l’avor­te­ment libre et gra­tuit
- Lutte contre les iné­ga­li­tés sala­ria­les gen­rées
- Lutte contre les vio­len­ces faites aux femmes.

Coordination des Groupes Anarchistes Lyon
La plume noire, 8 rue Diderot , 69001 Lyon
Permanences mer­credi 17h-19, samedi 15h-19h
Émission Idées Noires, tous les mer­cre­dis 20h-21h sur le 102.2 Mhz de Radio Canut
groupe-lyon [at] c-g-a.org
- Vous pouvez rece­voir les infor­ma­tions de la CGA-Lyon en vous ins­cri­vant sur notre liste de dif­fu­sion

JPEG - 324.4 ko