mar 15 juillet 2014

Communiqué des féministes de Saint-Denis

Après le collectif "Sans crier gare", le collectif "Sac à main" ou comment s'organise la droitisation des esprits à St Denis sur le dos des femmes.

 

Halte à la récupération de la cause des femmes à des fins sécuritaires et racistes
Halte à la théorie des classes laborieuses classes dangereuses remise au goût du jour


Nous, féministes de Saint Denis et féministes militantes et sympathisantes du front de lutte anti-patriarcal de la CGA , intervenons pour dénoncer les manœuvres qui nous divisent, et qui tentent de monter les habitant-e-s de Saint Denis les un-e-s contre les autres.
Nous refusons, sur le dos des femmes, la diffusion des idées sécuritaires et le maintien de l'ordre des privilèges. Nous refusons surtout que notre colère, celle des femmes, soit déviée des vrais responsables pour la retourner contre les « jeunes, pauvres et d'origine immigrés ».


Pourquoi nous demandons à ce que ce colletif "sac-à-main"retire les photos et le texte sur notre action, de leur blog et de leur page Facebook ?
Le 2 juillet, nous avons fait un collage d'affirmation féministe et de solidarité entre les femmes contre les violences et l'exploitation et contre tous ceux qui veulent nous diviser. Notre tournée de collage a visé particulièrement les lieux où on en a eu plus que marre d'y voir des affiches du collectif "Sac-à main". Sur ces affiches, la cause des femmes est instrumentalisée à des fins sécuritaires et antisociales. En effet, des stéréotypes racistes et antipauvres y sont véhiculés. Notons le « Bienvenue à Saint-Denis » avec comme visuel un jeune en capuche et en jogging. Notre intiative n'a donc rien à voir avec celle du collectif "Sac à main", comme celui-ci l'annonce sur son blog, bien au contraire. Et nos luttes ne sont pas à vendre. 

 

 Cette même stratégie de division a d'ailleurs déjà sévit à St Denis avec les tentatives d'implantation du collectif "Sans crier gare". Ce dernier, monté par une responsable de l'immobilier, diffuse un discours antipauvre et sécuritaire.

 

 

NOUS NE NOUS LAISSERONS PAS ETRE DIVISEES !


Les actions menées par les hommes et femmes de ce collectif n'ont rien de féministe en ce qu'elles ne sont pas des espaces d'émancipation pour les femmes ni de lutte contre les inégalités qu'elles subissent. La prévalence de ce collectif repose davantage sur la défense des classes favorisées en diffusant l'idée « des classes laborieuses, classes dangereuses », si chères à la bourgeoisie, petite qu'elle soit. Nous dénonçons les stéréotypes de genre diffusés par ce collectif. Celui-ci présente « la femme » comme devant porter des talons et des sac-à-mains, voir leur kit de survie. Non, être femme c'est avant tout, et qu'importe la tenue vestimentaire, faire partie d'une classe d'opprimées, qu'on soit avec ou sans talons, avec ou sans sac-à-main, française ou immigrée,

 

Par ces parti-pris et les stéréotypes racistes diffusés, le collectif "Sac à main" fait barrage à toutes solidarités possibles entre les femmes.

Nous nous étonnons d'ailleurs que l'une de nos affiches, relatant les actions de divisions organisées, notamment par le collectif "Sac à mains", pour casser la solidarité entre femmes, n'ait pas été relayée sur leur site. Il nous semble important de redonner les points dénoncés par cette affiche : racisme, précarité, concurrence entre femmes, homophobie, obligation à la séduction.


Mesdames et Monsieurs de "Sac à mains", la violence ne s'arrête pas à un vol de sac-à main. Mettre en avant que ce type de violence, mineur au regard du système de violence qui se retourne contre les seules femmes , est une manière d'invisibiliser les violences que nous subissons et qui font parties de la guerre menées contre toutes les femmes : l'une de nous sur trois a subi des violences sexuelles, tous les deux jours l'une de nous est assassinée parce que nous vivons dans une société qui donne tout pouvoir aux hommes y compris de tuer, l'une de nous est violée et sa vie volée, l'une de nous sur six subit des violences conjugales. Ces violence sont le produit d'un système, le patriarcat, que nous combattrons tant qu'il le faudra.

   

NE NOUS LAISSONS PAS FAIRE!
Femmes de Saint-Denis, SOYONS SOLIDAIRES !
Le 10 juillet

Téléchargement

Taille: 55.73 Ko