sam 17 janvier 2015

Contre tous les fascismes nationaux et religieux

63901176.jpg

Contre tous les fascismes nationaux et religieux

 

Dans un premier temps nous condamnons avec la plus grande énergie les assassinats perpétrés depuis le 7 janvier, par des fanatiques, des êtres sanguinaires, lesquels ont agi au nom de « principes religieux ».

Les dessinateurs satiriques de « Charlie hebdo » qui assuraient, pour certains d’entre eux depuis des décennies, une critique acerbe de tous les fanatismes, de toutes les dérives fascistes, racistes, autoritaires et de tous les dogmes, le faisaient avec un art consommé de la liberté d’expression, celle qui requiert courage et abnégation.

Ils pouvaient ainsi flétrir les stigmates de toutes les Dominations, avec un « D » majuscule ! Ils ont fait feu de tout bois quand il s’est agi d’éreinter les institutions du vieux monde : Armée, Police, Religions etc.

L’esprit iconoclaste dont ils faisaient preuve puisait sa force, sa sève même, au plus profond d’un « puits libertaire » jamais démenti.

Ils vomissaient le racisme, le fascisme, la violence gratuite, les guerres et toutes les religions !

Tout cela leur a valu de payer de leurs vies ce qui n’était que l’expression d’un art abouti de la satire. Il ne pouvait ni ne peut être question de leur reprocher d’avoir pratiqué le blasphème et seuls des « fanatiques » ont pu leur retirer la vie pour cette mauvaise raison.

Quand des institutions de domination, comme c’est le cas entre autres des Religions, de toutes les religions, érigent en dogme leurs propres vérités et qu’elles aspirent à régenter les agissements des individus, le risque encouru c’est que certains fanatiques, certains extrémistes se croient alors fondés à agir de manière radicale au nom des ces mêmes principes religieux… De telles dérives, l’Histoire en est malheureusement jalonnée.

Le fascisme, l’antisémitisme, le racisme, la xénophobie sont autant de formes qui gangrènent les sociétés et qui se nourrissent de ces idéologies pernicieuses et de ces dogmes, en même temps qu’elles se nourrissent des inégalités sociales, économiques, culturelles etc.

Là encore, le mal est à dénoncer et là encore, la nécessité de lutter contre toutes ces dérives d’inhumanité doit être envisagée et conçue comme légitime et indiscutable.

Il est nécessaire de se manifester pour crier haut et fort qu’il faut en finir avec cette société hypocrite qui génère de la pauvreté, de la précarité, des inégalités, de l’exclusion à profusion et qui tend à s’attribuer le « beau rôle » au travers d’un sursaut de condescendante empathie avec des personnes lâchement assassinées alors que de leur vivant celles-ci (pour ce qui concerne les dessinateurs satiriques) ont rencontré beaucoup de tracasseries, de censure, d’interdiction ou de procès et tout cela dans un silence assourdissant !

La « communauté nationale » dont ont nous a rebattu les oreilles ces derniers jours est une tartufferie sans nom quand, au passage, les édiles nous préparent un renforcement des mesures liberticides et notamment nous promettent le « tout sécuritaire ».

Il est dommage que toutes celles et tous ceux qui pensent, avec justesse aujourd’hui, que la liberté de penser, la liberté de dire et d’écrire sont les fondements d’une société humaine, d’une société d’individus « libres », il est dommage donc qu’elles et ils ne se soient pas manifestés plus tôt, du temps où « Hara Kiri », « Charlie Hebdo », « Siné massacre » faisaient l’objet, répétons-le, de la censure d’Etat !

Il était temps aussi que tous les individus épris de « justice » et de « liberté » se lèvent quand Clément Méric a été assassiné par un fasciste en plein Paris.

Il était temps que ces mêmes individus se lèvent en masse quand Rémi Fraisse perdait la vie au cours de violences policières.

La liberté d’expression est une denrée rare. Ce n’est pas l’Etat, les systèmes « républicains », les « démocraties » qui en sont les garants, encore moins les défenseurs !

La liberté d’expression se gagne au jour le jour. Elle doit pour exister s’armer de courage et d’abnégation. Critiquer les systèmes de domination, les Etats, les systèmes d’exploitation, le capitalisme, les systèmes d’aliénation, les Religions, tout cela requiert à l’évidence du courage mais fait aussi courir des risques… Les militant-e-s révolutionnaires, et parmi ces militant-e-s les anarchistes, le savent pour avoir payé, au cours de l’Histoire, un lourd tribut.

Ainsi, si le sursaut du 11 janvier n’est pas un feu de paille, alors nous serons beaucoup plus nombreuses et nombreux au moment de faire reculer l’obscurantisme, le fanatisme, le racisme, l’antisémitisme et tous les systèmes qui avilissent l’humain, l’aliènent et l’exploitent au seul profit d’une minorité.

La confusion entre l'islamophobie et le racisme anti-arabe est un cadeau aux islamistes qui ont pour stratégie de se victimiser pour empêcher toute critique de leur idéologie.

Nous serons vigilant-e-s face à la montée des fascismes et ferons en sorte que le racisme en général et le racisme au faciès en particulier (Arabes, Juifs, Noirs etc.) trouvent face à eux les forces nécessaires pour les combattre et les éradiquer.

Afin de ne pas oublier les personnes qui ont payé de leur vie la folie meurtrière de fanatiques, nous poursuivons notre combat anarchiste, « libertaire », pour une société sans classes et sans Etat.

 

Groupe Puig Antich de Perpignan