Dimanche, 8 Juin, 2014 - 10:00 - 13:00

Rassemblement anti-masculiniste

autocollant_-_cga_-_la_place_des_femmes_cest_partout.jpg
Nous relayons ici l'appel du collectif anti-masculiniste de Paris, auquel les militant-e-s de la CGA en Région Parisienne participent.
(voir aussi tract maquetté en téléchargement à droite)




RASSEMBLEMENT ANTI MASCULINISTE ET CONTRE LE LOBBY DES « DROITS DES PERES »



 Un an après les actions médiatisées de pères perchés dans des grues (Nantes et Grenoble) et autres édifices (le Sacré Coeur à Paris, le Capitole à Toulouse...), le lobby des pères séparés n'a pas chômé pour faire pencher la loi vers leurs intérêts matériels.


 Après un premier échec en 2013, ils reviennent à la charge avec une nouvelle proposition de loi qui vise à rendre systématique la résidence alternée en cas de séparation d'un couple.


 Dimanche 8 juin, comme l'année passée, les masculinistes pro-droits des pères se rassemblent place de l'Opéra à Paris, pour faire encore parler d'eux à travers les médias et continuer de nous faire croire qu'ils sont lésés par la justice qui serait « sexiste » contre les hommes. Mais que veulent-ils vraiment ?


 Ils veulent rester maître de leurs femmes et enfants en rendant les séparations aussi difficiles que possible en faisant du lobbying pour la résidence alternée systématique. Or, en cas de violences, la résidence alternée est inacceptable car elle met en danger les femmes et les enfants. De fait, des femmes doivent s'éloigner avec leurs enfants d'un conjoint violent. Les masculinistes sont ou soutiennent donc les agresseurs, et participent à renforcer l’impunité sociale garantie aux auteurs de violences.

Ils revendiquent la reconnaissance du SAP (Syndrôme d'Aliénation Parentale) par le corps médical pour l'utiliser lors de procédures judiciaires. Le SAP est une théorie inventée par un pédopsychiatre pro-pédophile, Richard Gardner. Cette notion considère que des mères peuvent « manipuler » leur enfant contre l'ex-conjoint pour obtenir la résidence principale quand, en réalité, elles ne font que le protéger de la violence du père. L'extension de son usage dans les tribunaux aura comme effet de protéger les agresseurs et de mettre le soupçon systématiquement sur la parole des victimes. Les masculinistes contribuent à invisibiliser les violences faites aux enfants, commises dans la grande majorité des cas par des hommes de la famille.

Enfin, ils veulent le retour à l'ordre patriarcal et hétérosexuel (un père, une mère et leurs enfants). Ils tiennent des propos sexistes et homophobes. La participation d'associations de pères à la Manif pour Tous est exemplaire de leur volonté de nuire aux droits des femmes, des meufs, des trans, des pédés et des gouines. La proposition de loi N°1856 qui passera en première lecture à l’Assemblée Nationale le 19 mai participe à entretenir une confusion répandue entre la filiation et l’exercice de l’autorité parentale réduisant la parentalité à une conception purement biologique et octroyant des droits parentaux SUR l'enfant et ce, quel que soit le comportement (violences, délaissement) du père.

Derrière ceux qui se présentent comme de « gentils papas », on trouve en réalité une bande de mysogynes, anti-féministes et homophobes : c'est un contre-mouvement social face auquel il faut réagir ! Masculinistes, hors de nos vies !

Rendez-vous le dimanche 8 juin, place de la Madeleine, Paris, à 10h.

Premiers signataires : Collectif anti-masculiniste Ile-de-France, Abandon de Famille, Stop Masculinisme.

Téléchargement

Taille: 190.81 Ko