mar 11 octobre 2011

tract d'appel à la manifestation anti nucléaire devant la centrale du Bugey le 15 octobre 2012

tract bugey

Tract unitaire libertaire (CGA Lyon, CLA (01), FA Lyon et OCL Lyon) d'appel à la manifestation anti nucléaire devant la Centrale du Bugey le Samedi 15 Octobre à 13h30
à Saint Vulbas (01150)

 

VOUS AUSSI, VOUS HABITEZ PRES DE FUKUSHIMA...

Une nou­velle fois, le nucléaire a confirmé qu’il était une indus­trie de la catas­tro­phe et de la mort. Dans le monde entier, s’élèvent à nou­veau des voix remet­tant en cause radi­ca­le­ment le nucléaire : au Japon notam­ment, ou plu­sieurs mani­fes­ta­tions ont ras­sem­blé des mil­liers de per­son­nes suite à la catas­tro­phe de Fukushima.

En Europe, les mobi­li­sa­tions ont été très fortes en Allemagne, et ont permis en Italie de stop­per l’élan du gou­ver­ne­ment qui vou­lait cons­truire de nou­vel­les cen­tra­les nucléai­res. Malgré cela, les poli­ti­ciens fran­çais et le com­plexe mili­taro-indus­triel ato­mi­que font preuve d’un déni com­pa­ra­ble aux men­son­ges de ceux qui, en 1986, après la catas­tro­phe de Tchernobyl, pré­ten­daient que "le nuage radio­ac­tif s’est arrêté aux fron­tiè­res fran­çai­ses". Les oppo­sant-e-s au nucléaire étant dési­gné-e-s comme des « par­ti­sans du retour à la char­rue et à la bougie ».

Or nos cen­tra­les vont mal : fuites à répé­ti­tion, vieillis­se­ment géné­ral (exem­ple, l’acier des cuves du Tricastin se fis­sure et devient cas­sant), etc. En plus du risque d’acci­dent grave, les cen­tra­les rejet­tent au quo­ti­dien des radio­élé­ments qui s’accu­mu­lent dans l’envi­ron­ne­ment, et les condi­tions de tra­vail des sala­riés res­tent très dif­fi­ci­les, en par­ti­cu­lier pour les sous-trai­tants qui se bouf­fent 80% des doses pen­dant les opé­ra­tions de main­te­nance. Mais, il n’y a pas que dans les cen­tra­les que l’indus­trie nucléaire est mor­ti­fère : on vient de le voir avec le grave acci­dent sur­venu à Marcoule. Un sala­rié est mort, appa­rem­ment un sous-trai­tant (encore !), qui bos­sait sur un four à 1600 °C : bon­jour les vapeurs métal­li­ques -et chi­mi­ques ?-, bon­jour la radio­ac­ti­vité...

N’oublions pas non plus que le nucléaire, c’est d’abord un projet de société. Société poli­cière, car il faut bien mater par la force celles et ceux qui ne veu­lent pas de l’hor­reur ato­mi­que, puis après sur­veiller en per­ma­nence les tra­vailleurs et les popu­la­tions, au nom de leur sécu­rité. Société mili­taire aussi, puis­que c’est par la bombe que le nucléaire a com­mencé, et c’est par l’état de guerre qu’il risque de finir si on ne fait rien. En effet, en cas de catas­tro­phe avérée, c’est l’armée qui vien­dra mettre au pas les popu­la­tions, trier les indi­vi­dus, et pour­quoi pas mitrailler les récal­ci­trants. Société d’experts également, où seuls ceux-ci ont droit à la parole, au débat et par­ti­ci­pent aux déci­sions, au nom de leur « exper­tise » et de l’igno­rance des masses incultes. Du coup, nous sommes d’autant plus dépos­sé­dés de nos condi­tions d’exis­tence et toute réap­pro­pria­tion de nos vies devient encore plus dif­fi­cile. Société capi­ta­liste enfin : le Capital a besoin de tou­jours plus d’énergie, pour pro­duire tou­jours plus d’engins de mort et de mar­chan­di­ses inu­ti­les à milles lieux des néces­si­tés humai­nes. Société néo-colo­niale per­met­tant l’exploi­ta­tion de l’ura­nium par Areva à Arlit et Akouta au Niger avec les dom­ma­ges écologiques consi­dé­ra­bles dont sont vic­ti­mes les popu­la­tions.

Il est donc clair pour nous que la seule posi­tion « réa­liste » est d’arrê­ter immé­dia­te­ment toute l’indus­trie ato­mi­que, pour cons­truire une société basée sur les besoins et les désirs des êtres humains et non sur la volonté d’un pou­voir quel­conque. Pour cela nous ne comp­tons ni sur l’Etat qui en France a tou­jours été le pilier cen­tral du nucléaire, ni sur les indus­tries de rem­pla­ce­ment aussi « vertes » et « écolos » soient-elles, mais uni­que­ment sur nos pro­pres forces. Seul un vaste mou­ve­ment social de combat du nucléaire, mais aussi de la société capi­ta­liste et pro­duc­ti­viste per­met­tra d’impo­ser cet arrêt immé­diat .

ARRET IMMEDIAT ET DEFINITIF DU NUCLÉAIRE, CIVIL ET MILITAIRE.

Manifestation contre la Centrale du Bugey,Samedi 15 Octobre à 13h30 à Saint Vulbas (01150), au rond-point Route de Lagnieu (D20)

CGA (Lyon), coor­di­na­tion des Libertaires de l’AIN, Groupe « Vivre Libre » de la FA et OCL (Lyon)

Téléchargement