jeu 6 août 2015

Pride de lyon : Forte mobilisation pour une marche anniversaire

cihwgsjwuae2ukc.jpg_large.jpg

Le samedi 20 juin, plus de 15 000 personnes se retrouvaient dans la rue à Lyon à l'occasion de la marche des fiertés. Il s'agissait de la vingtième marche des fiertés de Lyon (qui a eu lieu pour la première fois en 1995). Derrière le mot d'ordre « 1995-2015 Fièr∙e∙s de nos luttes… Continuons de marcher ! », il s'agissait de rappeler que si le mouvement LGBT a obtenu un certain nombre de victoires ces dernières années (dont la plus récente est l'ouverture du mariage aux couples homosexuels), il reste encore du chemin à parcourir pour l'égalité des droits : ouverture de la PMA (Procréation Médicalement Assistée) aux couples de lesbiennes, facilitation du changement d'état civil pour les personnes trans...

Le groupe de la CGA-Lyon était présent à cette marche dans le cortège « politique » avec d'autres associations et collectifs (collectif lesbien, Chrysalide, Planning Familial, le jardin des T...). Celui-ci légèrement plus fourni que les années précédentes montre malheureusement que l'intérêt politique de la marche est de plus en plus mis de côté par rapport aux différents cortèges festifs.

Mais cette marche a malheureusement également été révélatrice de la complaisance de la préfecture envers l'extrême-droite locale, avec l'interdiction du passage de la manifestation dans le quartier du Vieux Lyon, domaine réservé des « nationalistes » locaux (on y trouve notamment les locaux des Identitaires et de Jeune Nation - ex Jeunesses Nationalistes et Œuvre Française - , et où les agressions fascistes et racistes y sont monnaie courante).

Ce n'est pas la première fois qu'une telle décision est prise par la préfecture qui sous couvert « de troubles à l'ordre public » laisse ce quartier aux mains et à la violence de l'extrême-droite locale.

Décision d'autant plus scandaleuse que la préfecture avait, en revanche, autorisé deux rassemblements réactionnaires le 8 et 18 juin contre la GPA dans ce même arrondissement dont l'un d'eux s'était terminé en manifestation sauvage dans le centre du quartier.

Sur tous les fronts, il reste encore à lutter pour l’Égalité ! ■