lun 14 mai 2012

Les élections sont passées, la "gauche" est au pouvoir... ON S'EN FOUT, ON NE S’ARRÊTE PAS DE LUTTER !

photo_tract.jpg

 

Dans le contexte de crise économique qu'a engendré le capitalisme, les mauvais coups continuent de pleuvoir au quotidien sur les classes populaires : licenciements, précarisation, expulsions locatives, harcèlement au travail et cadences infernales... La bourgeoisie est à l'offensive et tout est bon pour elle afin de défendre et augmenter ses profits.

 

On ne baisse pas la garde !

Attendre que le PS y change quelque chose est une stratégie suicidaire pour toutes celles et ceux qui ont encore l'espoir de vivre mieux. Comme les gouvernements « socialistes » grecs et espagnols, cette pseudo-gauche appliquera les mêmes mesures d'austérité que la droite pour préserver ce système économique inégalitaire. Elle valide déjà certains thèmes fascistes (régulation des migrations, enfermement et répression) au nom de la nécessité de « comprendre les électeurs du front national ».

Le message est clair : hors de question de "changer la vie" ou de chercher une autre voie, il est l'heure de se serrer la ceinture...

Dans cette situation, il nous faut nous consacrer à une seule priorité : développer les outils de résistance populaire et nous organiser pour l'affrontement de classe. C'est à la base, sans délégation, dans les assemblées de boîtes, de quartiers, de villes, en refusant les hiérarchies et en s’appuyant sur des mandats impératifs et révocables que nous trouverons le chemin des luttes victorieuses. C'est à travers un syndicalisme de lutte autogestionnaire (AG de grévistes, blocages de la production et des flux), au quotidien, et en faisant vivre la solidarité de classe (caisses de grève) que nous pourrons imposer le partage égalitaire des richesses.

 

On attaque ensemble... Et on frappe fort !

La seule vraie solution, c'est de sortir du capitalisme, et personne ne peut le faire à notre place. Pour que nos luttes soient victorieuses, il nous faut porter haut et fort la possibilité d'une organisation sociale alternative au capitalisme, à la hiérarchie et à l'État.

Pour nous, c'est le communisme libertaire, c'est à dire la propriété commune des moyens de production, gérés et organisés collectivement par les travailleurs et les travailleuses en assemblées, sans hiérarchies, sur des bases locales (par quartiers, par villes, par régions...) et de production (sur nos lieux de travail, par usine, par entreprise, par branche d'activité...). Cela implique que l'on arrête de produire pour produire, mais que l'on s'occupe avant tout de satisfaire les besoins de la population. C'est le seul moyen pour que toutes vivent dignement : avoir un vrai « chez soi », suffisamment à manger, l'accès à la santé et à l'éducation, en travaillant le moins possible pour profiter de nos vies.

 

 

 

Il est nécessaire de s'organiser contre le capitalisme !

Militant-e-s anarchistes, nous avons fait le choix de nous organiser ensemble pour coordonner nos efforts contre l'offensive capitaliste. En face, les patrons et les États s'organisent contre les peuples du monde entier (Medef, OMC, FMI, OTAN...). S'organiser est donc une nécessité pour les exploitées. Au sein de la Coordination des Groupes Anarchistes (CGA), nous mettons en pratique nos idées d’autogestion et de prises de décisions collectives et égalitaires. Pour nous, la fin et les moyens sont indissociables afin d’élaborer en commun, les différentes étapes de la lutte pour l’avènement d’une société égalitaire et libertaire.

 

 

ORGANISONS-NOUS POUR LA RIPOSTE SOCIALE !

 

Encadré :

 

Projection-débat Mercredi 30 mai à 19h à la maison des asso (19 rue de la boulangerie, Saint-Denis)

Sur (et contre) les plans d'austérité ! Sur les résistances populaires en Europe ! Et les perspectives anarchistes !

 

Téléchargement

Taille: 818.33 Ko